Article tiré de la rubrique Santé, « focus sur », du site de la ffgolf par Anne Champomier

Focus sur la pathologie par le Docteur Olivier Rouillon, médecin fédéral national

Il faut différencier les douleurs lombaires chez l’adolescent en phase de croissance de celles que l’on a précédemment évoquées chez le joueur de plus de 40 ans, car les causes et le raisonnement sont différents.

Sur un organisme en phase de croissance, l’os est moins solide car il est en remaniement perpétuel. Il est donc plus sujet à des douleurs à la suite de mouvements répétés un grand nombre de fois.

Deux sortent de pathologies lombaires peuvent affecter l’adolescent :

– La scoliose

C’est une déformation du rachis dans les trois plans de l’espace, avec des stades de gravité divers d’un cas à l’autre. Elle apparaît à la puberté, et est plus présente chez les filles que chez les garçons. A l’occasion de douleurs lombaires chez un ado, on peut constater avec un examen radiographique type EOS, qu’il y a une scoliose. La scoliose est structurelle, il n’y a pas de contre-indication à la pratique du sport et du golf en particulier, contrairement à une idée répandue autrefois à savoir que les sports asymétriques, comme le golf ou le tennis favoriseraient la scoliose. Seuls les stades les plus importants de la scoliose constituent une contre-indication à la pratique du sport en général et du golf en particuliers.

– La lyse isthmique correspond à une fracture de fatigue touchant à 85-90% la vertèbre L5, à l’endroit de la jonction entre la partie antérieure de la vertèbre et la partie postérieure, l’isthme. Ces fractures de fatigue sont liées à des hyper extensions lombaires répétées. La lyse isthmique provoque des douleurs lombaires précédées de signes d’alerte de souffrance osseuse. Dans 25% des cas de lyse isthmique, la vertèbre L5 peut glisser en avant. On parle alors de spondylolisthésis.

Il ne faut pas absolument pas négliger un enfant ou un adolescent qui se plaint de douleurs au dos ou qui grimace quand il joue au golf, car ce ne sont pas des douleurs de croissance communes à cet âge. On préconise un diagnostic précis effectué par un médecin et en cas de suspicion, il est nécessaire de faire une IRM qui permettra de détecter les signes de souffrance osseuse avant la lyse isthmique, afin d’éviter la fracture de fatigue.

En cas de lyse isthmique on va limiter les activités sportives, pendant une période limitée d’environ 3 mois, et prescrire des séances de kinésithérapie.

Il est aussi nécessaire de procéder avec le coach à des modifications techniques pour éviter les hyperlordoses, une courbure exagérée du bas du dos.

A vous de jouer : Pour prévenir les blessures
Quelques précautions de base à prendre :

– Il faut une fois encore (on ne le répétera jamais assez !), un matériel adapté, avec des clubs correspondant à l’âge et la taille. Il n’est pas question qu’un adolescent en pleine croissance utilise le matériel d’un adulte trop lourd et rigide, même s’il estime qu’il en a la capacité.

– Ne pas négliger les séances d’échauffement, car le golf est un sport qui sollicite beaucoup les articulations et souvent les jeunes joueurs sautent cette étape pour taper des balles.

– Il faut une technique correcte et notamment une bonne posture enseignée par un professionnel.

– Rappelons que chez l’enfant et l’adolescent, il faut impérativement privilégier l’envie, le jeu, plutôt que les frappes à fréquence élevée. Un congrès multisport a récemment démontré que l’augmentation des quantités d’entraînement chez les jeunes athlètes leur fait perdre l’envie et la fraîcheur et diminuent les performances.

L’œil du kinésithérapeute Philippe Vignon, kinésithérapeute de l’équipe de France girls

En ce qui concerne la scoliose chez l’adolescent, on est dans un cas spécifique de déformation du rachis. La kinésithérapie va par des exercices spécifiques tenter de réduire la déformation ou au moins empêcher qu’elle n’empire.

Il y a souvent un problème de posture mais aussi des appuis au sol qu’on va travailler de manière à mettre en place le redressement postural au quotidien et puis il faut aussi effectuer des exercices de renforcement musculaire pour protéger le dos.

Une fois la rééducation effectuée, il est important de privilégier une préparation physique plus complète en pratiquant d’autres sports, comme la natation par exemple qui va amener à travailler d’autres muscles en symétrie.